Mon premier cours de Kundalini

Cela faisait partie de ma liste d’envies yogiques: participer à un cours de yoga Kundalini! Pour le mois de juillet, Lili Barbery-Coulon a ouvert plusieurs nouveaux créneaux de cours à Paris et j’en profité pour m’inscrire à l’un d’entre eux!

J’ai eu quelques résistances pendant le cours, qui a duré 1h30, mais j’en ressors avec un bienfait énorme, tant sur mon énergie que mon mental.

Je m’étais un peu renseignée avant sur ce qui pouvait m’attendre lors du cours: chakras, mantras et éveil de la Kundalini, cette énergie créatrice qui est en nous et que l’on stimule en yoga pour qu’elle remonte vers le haut du corps via la colonne vertébrale.

J’ai écouté quelques mantras sur Youtube, comme Ong Namo Guru Dev Namo (j’adore cette version complètement planante), qui signifie:

Je m'incline face à la l'énergie première et créatrice,
je m'incline face à la sagesse subtile et divine

Ou encore I am the light of the soul, un mantra d’amour à soi-même.

J’avais donc quelques notions des différences entre le Kundalini et le yoga vinyasa que je pratique, mais la découverte fut quand même totale!

Nous étions 24 dans le cours, les tapis étaient très proches les uns des autres: mais cela ne m’a aucunement dérangé car nous ne sommes pas sortis de celui ci. Certaines élèves étaient habillées tout en blanc, certaines pratiquaient sur une peau de mouton.

Le cours s’est ouvert sur le mantra Ong namo guru dev namo.

Dans les grandes différences que j’ai noté avec le yoga vinyasa/hatha yoga, il y a d’abord le fait que nous gardons les yeux fermés pendant quasiment tout le cours. Cela permet de se concentrer sur soi et non sur la voisine, ce que j’ai plutôt apprécié !

Ensuite, la professeure a fait beaucoup de références aux chakras et aux cycles de la lune. Le cours est plus axé sur un éveil spirituel.

Les postures effectuées ressemblent parfois au yoga vinyasa, parfois elles sont propres au Kundalini. L’idée est de faire circuler l’énergie en visant des points précis du corps correspondants à des méridiens ou des chakras. Aucun Chien en bas pendant ce cours! A l’inverse, des mouvements souvent rapides et qui peuvent dérouter au départ: la pratique du yoga m’a aidé à rester ouverte et à lâcher tout de même prise quand je me suis dit “mais c’est n’importe quoi!!”.

Une autre grande différence, et pour moi une difficulté, a été la respiration: dans presque toutes les postures, Lili a demandé une respiration du feu, ce qui est très engageant et un peu compliqué dans des postures intenses!

Je n’étais donc pas totalement engagée dans ma pratique, j’étais beaucoup en observatrice. Je comparais beaucoup avec ma propre pratique et avec mon enseignement… Par exemple, la première posture était le chameau: je trouve cette posture trop intense sans échauffement au préalable.

Cela dit, je n’ai pas vu passer le temps et je n’ai qu’une envie: recommencer!